« Si tu as le temps, va voir », m’avait dit Jef Van Ranst, cofondateur de SVR-ARCHITECTS, en 1993 à propos de ce bijou architectural de l’Entre-deux-guerres. Cela faisait sept ans déjà qu’il était vide et à l’abandon. Jeune architecte, ce bâtiment me fascinait de plus en plus.
Différents points de vue, accompagnés de suggestions des plus diverses, ont été formulés à propos de l’approche de la restauration, allant de « il est préférable de ne pas toucher au monument, aucune intervention ne sera la bonne » à « suivez la vision de l’architecte Brunfaut car si la fonction de sanatorium disparaît, autant démolir le bâtiment ».
Tout cela ne correspondait bien évidemment pas à la valeur patrimoniale, au statut de monument du bâtiment, mais démontre comment les différentes parties, tant publiques que privées, considéraient de tels bâtiments.
En collaboration avec des spécialistes en consultance externes, notre bureau d’architectes a structuré l’approche de cette restauration autour de repères et critères objectifs.
Nous avons examiné, dans le plus grand respect du bâtiment protégé, les parties de ce bâtiment en piteux état qui pouvaient encore être sauvées, et ce, afin d’en donner une image aussi fidèle que possible et d’insuffler une nouvelle vie au bâtiment.
L’exécution aura duré 30 mois, soit près du double du délai de construction initial.
Force est d’admettre que certains moments ont été difficiles, presque désespérés.
Mais après 25 ans, le bâtiment est enfin sorti de mon esprit et au final également de celui de mes collaborateurs.

Philippe Van Goethem
Architecte – associé SVR-ARCHITECTS
1993-2008 Examen & possibilités de réaffectation
2008-2017 Résidence Tombeekheyde